Infrastructures

L’étude de la vulnérabilité du bâti avoisinant : indispensable en cas de travaux souterrains

mer 23/12/2015 - 11:09

Avant d’effectuer des travaux souterrains, une évaluation des fondations des ouvrages et de la vulnérabilité des constructions avoisinantes s’impose car tout creusement en sous-sol peut avoir un impact sur le bâti en surface. Outre la prévention des risques, elle permet aussi d’adapter le tracé et les techniques mises en œuvre, d’ajuster le calendrier de réalisation et de trouver la meilleure solution d’un point de vue économique.

Besoin d’un conseil ?

Laissez-nous vos coordonnées afin qu’on puisse vous rappeler.

Je veux être contacté par un expert

Les projets initiés dans le cadre du Grand Paris Express – ce réseau de 200 km de nouvelles lignes de métros automatiques à réaliser d’ici 2030 – viennent rappeler l’importance de l’évaluation du bâti en surface, avant tout creusement de tunnel.

En effet, une partie importante de ce nouveau réseau sera réalisée sous terre, alors qu’en surface se trouvent des zones urbanisées, parfois même très denses en constructions récentes et anciennes. Outre les bâtiments, il est nécessaire de mener des évaluations sur ouvrages d’infrastructure – route, pont ou autre tunnel – qui pourraient être impactés par le creusement d’un tunnel.

Quelles constructions et zones sont concernées en cas de travaux souterrains ?

Le bâti devra être pris en compte de façon très pointue, les conséquences étant très variables en fonction de sa nature, des matériaux et techniques mis en œuvre lors de sa construction, de son ancienneté et de sa destination.

Les zones en surface à évaluer varient aussi en fonction de la profondeur des travaux. Par exemple, pour des travaux réalisés à 30 mètres de profondeur, il faut anticiper l’impact sur une bande de 60 mètres de largeur.

Quel est l’intérêt de réaliser ces études ?

Tout creusement en sous-sol provoque des vibrations et des mouvements de sols pouvant avoir des conséquences parfois graves, telles que des fissures, voire des effondrements, sur les ouvrages de surface.

Les études de vulnérabilité permettent aussi d’orienter le concepteur puis le constructeur vers le niveau de précaution à déployer sur les différentes zones des travaux. En fonction du niveau de vulnérabilité du bâti avoisinant, et des conséquences potentielles, il est possible d’arbitrer entre plusieurs méthodologies. Il peut ainsi être nécessaire de réduire la vitesse et d’ajuster les paramètres de creusement des tunneliers ou de prévoir des travaux de confortement sur des bâtiments anciens aux alentours.

Par voie de conséquence, les résultats des études permettent d’affiner le calendrier de réalisation de travaux et d’avoir de la visibilité sur le coût global du projet en fonction de la méthodologie retenue. L’impact peut être de 10 à 15% du montant global d’un projet.

Comment choisir le bon prestataire ?

Pour déterminer le prestataire le plus compétent pour une évaluation du bâti avoisinant, deux critères principaux sont à prendre en compte.

D’une part, l’entreprise doit présenter une connaissance pointue du bâti de la ville, de son histoire, des techniques utilisées dans le passé pour construire, et de la nature de son sous-sol. Mieux vaut donc s’adresser à un opérateur présent de longue date, dont les collaborateurs sont des experts du bâti de la ville.

D’autre part, le prestataire doit maîtriser parfaitement les techniques utilisées pour les travaux souterrains. Il devra être capable d’évaluer de manière fine les conséquences de chaque technique de creusement sur les constructions en surface.

En conséquence, seule une société experte en contrôle du bâti local et en infrastructure est en mesure d’orienter et de conseiller au mieux le maître d’ouvrage et ainsi améliorer le travail du concepteur.

Besoin d’un conseil ?

Laissez-nous vos coordonnées afin qu’on puisse vous rappeler.

Je veux être contacté par un expert
Pour rester informé, abonnez-vous à la newsletter SOCOTEC
   
   
   
   
   
   
   
   

Ajouter un commentaire