Construction

Le BIM 5D, au service des économistes de la construction

mer 08/09/2021 - 11:54

Le potentiel de la maquette numérique se révèle également pour optimiser les budgets des projets de construction. En extrayant les données de la maquette, les économistes vont pouvoir automatiser l’évaluation quantitative et réaliser une estimation encore plus précise. Un gain de temps précieux qui leur permet de se recentrer sur une approche plus stratégique.

Besoin d’un conseil ?

Laissez-nous vos coordonnées afin qu’on puisse vous rappeler.

Je veux être contacté par un expert

Le BIM ou Building Information Modeling a révolutionné la façon de gérer les projets liés aux bâtiments, qu’il s’agisse de construction, de réhabilitation ou même d’exploitation. L’utilisation des données intégrées dans la maquette numérique ouvre un vaste champ des possibles. Au fur et à mesure que de nouveaux usages apparaissent, on parle de nouvelles dimensions du BIM. La 5e dimension a été attribuée à la capacité des technologies BIM à optimiser le budget d’un projet.

Evaluer très précisément les quantitatifs d’un projet

Au sein de la maquette BIM chaque élément du futur bâtiment, qu’il s’agisse d’un mur porteur ou d’une simple fenêtre, est un objet numérique qui intègre de nombreuses informations sur sa composition. Il devient ainsi possible de visualiser ou d’extraire sous forme de base de données l’ensemble des éléments du futur projet, avec leurs caractéristiques. En s’appuyant sur ces données, l’économiste peut réaliser de façon automatisée l’estimation des quantités présentes de chaque élément, qui lui permettront ensuite de les associer à un prix. Afin d’obtenir un quantitatif précis et fiable, les données de la phase étude doivent être parfaitement renseignées et la maquette correctement modélisée.

A chaque étape de la phase études, le budget prévisionnel va ainsi pouvoir s’affiner. En phase d’avant-projet sommaire (APS), l’économiste pourra établir une première enveloppe approximative à partir des éléments structurants comme les surfaces de plancher ou de façade. Ensuite, lors des études d’avant-projet définitif, des informations supplémentaires sur les matériaux choisis vont permettre de préciser plus encore. Une fois arrivés les phases finales de conception et le lancement de la consultation des entreprises, le budget du projet a déjà atteint un très haut degré de précision.

Associer chaque objet à un prix

Plusieurs options sont disponibles pour que les économistes puissent exploiter les données de la maquette numérique. A minima, il est très simple d’exporter une base de données, exploitables sous Excel ou dans un logiciel métier. Il est également possible d’interfacer une maquette numérique à un logiciel métier ou d’importer cette dernière au sein d’un applicatif métier. Quelle que soit la méthode le gain de temps pour l’économiste sera considérable par rapport à une quantification « manuelle », extrêmement chronophage.

La finalité est donc que chaque objet, défini lors de la conception dans ses détails les plus précis, puisse être associé à une bibliothèque de prix. Pour que cette automatisation fonctionne, il est impératif que chaque composant soit facilement identifiable. Un système de classification pourra être établi être implémenté au sein des maquettes par l’architecte ou par l’économiste. Ce langage commun harmonisé, voire standardisé, associera à chaque objet un code et un libellé précis et unique.

Une approche collaborative et qualitative

Intégrer l’économie de la construction au sein de la démarche BIM c’est élargir encore les possibilités collaboratives de la maquette. Grâce au temps gagné sur la quantification des objets, l’économiste peut se recentrer sur son cœur de métier et sa véritable valeur ajoutée. Il devient un acteur à part entière de la conception du projet. La centralisation de l’ensemble des données du projet dans un seul et même outil est par ailleurs source de grande fiabilité. Cela limité considérablement la possibilité d’incohérences entre le plan d’architecte et le cahier des clauses techniques particulières (CCTP). Les étapes de vérifications du projet et de comparaison entre plusieurs versions sont beaucoup plus efficaces notamment grâce à la visualisation en 3D.

Les experts de SOCOTEC et de sa filiale BIM in Motion vous accompagne dans cette démarche pour vous permettre d’optimiser les aspects budgétaires de votre projet. Ils peuvent vous assister dans l’implémentation du BIM au sein de votre structure par la définition d’une feuille de route, vous accompagner dans le cadre projet ou bien prendre en charge l’extraction quantitative depuis les maquettes.  

Besoin d’un conseil ?

Laissez-nous vos coordonnées afin qu’on puisse vous rappeler.

Je veux être contacté par un expert

Les mots clés associés

Pour rester informé, abonnez-vous à la newsletter SOCOTEC
   
   
   
   
   
   
   
   

Ajouter un commentaire