Immobilier

Contrôles de l'efficacité énergétique des chaudières

lun 20/06/2022 - 09:34

Le contrôle de l'efficacité énergétique des chaudières a pour objectif l’amélioration des performances énergétiques des bâtiments, l’optimisation des installations de chauffage de confort à destination des logements ou des bâtiments tertiaires doit compléter les efforts fournis en termes d’isolation. La réglementation a évolué dans ce sens.

Besoin d’un conseil ?

Laissez-nous vos coordonnées afin qu’on puisse vous rappeler.

Je veux être contacté par un expert

Alors que les émissions de CO2 liées au secteur du bâtiment représentent environ 30% de la production annuelle, différentes réglementations successives visent à accélérer les efforts de réduction de ces impacts face à l’urgence climatique. Les derniers principaux textes : la RE 2020 et la loi Climat et Résilience fixent notamment de nouveaux objectifs ambitieux en termes d’amélioration de l’efficacité énergétique des bâtiments. Ils couvrent en particulier tout le volet d’amélioration de leur isolation. Tous ces efforts doivent impacter directement à la baisse la consommation des systèmes de chauffage de confort. Et c’est notamment pour être en adéquation avec ces évolutions des performances des bâtiments que la réglementation concernant l’efficacité énergétique des systèmes de chaudières a évolué, avec de nouvelles dispositions pour les installations d’une puissance comprise entre 400 kW et 20MW. Dans le cas des installations de chauffage urbain, la question des sous-stations a également été éclaircie : elles doivent bien faire l’objet d’un contrôle dès lors que leur puissance dépasse le seuil de 400 kW. Ces nouvelles dispositions sont applicables depuis le 1er janvier 2021.

Contrôler les performances régulièrement

Qu’elles soient alimentées par des combustibles gazeux, liquides, ou solides, des contrôles périodiques sont obligatoires afin de s’assurer des bonnes performances des installations de chauffage, et ce dès la mise en service de l’installation :

  • Tous les deux ans pour les chaudières dont la puissance est supérieure ou égale à 5MW,
  • Tous les trois ans pour les chaudières dont la puissance est comprise entre 400kW et 5MW.

Il est à noter que l’on prend en compte la somme de la puissance de l’installation de chauffage liée à l’immeuble. Ainsi un bâtiment disposant par exemple de deux chaudières de 250kW, alimentant un même réseau, sera concerné.

Pour mesurer l’efficacité énergétique, l’organisme tiers calculera le rendement de l’équipement : la chaleur produite par rapport à l’énergie consommée. L’examen va également évaluer le niveau d’entretien des installations en chaufferie destinées à la distribution de l’énergie thermique et la vérification de la tenue du livret de chaufferie, le bon état des parties accessibles des installations destinées à la distribution, la régulation et la diffusion de l’énergie thermique, mais aussi des systèmes de ventilation combinés alimentés par une chaudière. Toute la chaîne de chaleur est contrôlée, jusqu’aux robinets thermostatiques des radiateurs présents dans les logements ou bureaux.

Evaluer le dimensionnement de l’installation

L’évolution réglementaire de 2020, entrée en vigueur le 1er janvier 2021, introduit une évaluation obligatoire du dimensionnement de l’installation. En effet les systèmes de chauffage sont initialement prévus pour un certain niveau d’isolation du ou des bâtiments qu’ils desservent, or lorsque ceux-ci améliorent leurs performances thermiques par exemple, le besoin en puissance de chauffage diminue. Afin que ces améliorations se traduisent par des économies d’énergies, il est donc fondamental que la chaudière ne soit pas trop puissante et ne produise pas plus que la chaleur nécessaire. En cas de surdimensionnement, cette évaluation est l’occasion de planifier les modifications qui permettront d’aligner la puissance disponible aux besoins effectifs. 

Inclure les sous-stations

Dans le cas des réseaux de chaleur urbain, chaque bâtiment ou ensemble de bâtiments est desservi par une sous-station, qui récupère l’énergie et redistribue la chaleur dans le bâtiment. Si l’installation primaire est naturellement sujette à l’inspection, il est indispensable de pouvoir vérifier l’ensemble de la chaîne, or très souvent les sous-stations ne sont pas gérées par le même exploitant que la chaufferie principale. Dans les cas où la sous-station dépasse 400 kW de puissance, elle doit être soumise également à une série de vérifications périodiques.

Les équipes de SOCOTEC sont habilitées pour réaliser l’ensemble des vérifications de vos installations de chaudière. Grâce à leur expertise, elles vous accompagnent dans le maintien en conformité de vos installations et vous orientent sur les meilleures solutions pour les optimiser par rapport aux bâtiments desservis.

Besoin d’un conseil ?

Laissez-nous vos coordonnées afin qu’on puisse vous rappeler.

Je veux être contacté par un expert

Les mots clés associés

Pour rester informé, abonnez-vous à la newsletter SOCOTEC
   
   
   
   
   
   
   
   

Ajouter un commentaire