Toiture solarisée ou végétalisée quelle approche globale des risques ?

mar 04/01/2022 - 13:31

Qu’elles soient végétalisées ou couvertes de panneaux photovoltaïques, dans la ville durable de demain, les toitures auront un rôle important à jouer. C’est en tout cas ce vers quoi la réglementation tend. Leurs nouveaux rôles ne doivent cependant pas faire perdre de vue leur fonction principale : l’étanchéité.

Besoin d’un conseil ?

Laissez-nous vos coordonnées afin qu’on puisse vous rappeler.

Je veux être contacté par un expert

La loi Climat et Résilience, votée en août 2021 pose des objectifs ambitieux et doit servir d’accélérateur réglementaire en vue de l’atteinte de l’objectif de neutralité carbone d’ici 2050. Elle va notamment plus loin que les lois antérieures dans une démarche qui vise à exploiter les espaces de toitures, soit dans le cadre du développement des énergies renouvelables en accueillant des panneaux photovoltaïques, soit pour être végétalisées et favoriser ainsi notamment la biodiversité et une régulation thermique naturelle.

Selon le code de l’urbanisme, les nouveaux bâtiments de commerces ou de locaux à usages industriels et artisanaux de plus de 1 000 m² sont d’ores et déjà tenus d’intégrer sur l’équivalent de 30% de leur surface de toiture, soit de la production d’énergie renouvelable, soit de la végétalisation. A compter du 1er janvier 2023, cette obligation sera élargie aux bâtiments de destination similaire de plus de 500 m², et au 1er janvier 2024, ce seront les parcs de stationnement de plus de 500 m² qui devront équiper 50% de leurs toitures et 100% de leurs ombrières.

Panneaux photovoltaïques en toiture, des impacts à ne pas négliger

Installer des panneaux solaires sur une toiture n’est pas un acte anodin et doit être pensé très en amont du projet. Le fait de fixer des panneaux solaires sur une toiture ou une couverture, modifie profondément son fonctionnement et son étanchéité. Pour être durable un projet de toiture solarisée doit ainsi prendre en compte la fatigue des matériaux, leur dilation thermique, la résistance de l’installation aux charges climatiques de neige et de vent dont l’incidence est modifiée par la présence des modules PV… Une approche globale des risques dès la conception assure une phase travaux plus sereine.

Dans une optique de maîtrise des risques pour l’intégrité de la toiture, le choix des panneaux solaires et de leur système d’installation est particulièrement déterminant. Du fait des enjeux de transition énergétique, de nouveaux procédés et techniques se sont multipliés, malheureusement pas toujours correctement évalués. La maitrise des risques et l’assurabilité des ouvrages imposent de s’orienter vers des procédés bénéficiant d’évaluations techniques collégiales pluridisciplinaires. C’est le cas des procédés bénéficiant d’un Avis Technique délivré par le GS21 ou d’une Appréciation Technique d’Expérimentation (ATEx), dont l’ensemble des enjeux techniques ont été analysés (solidité, durabilité, étanchéité, sécurité électrique).

La prise en compte des impacts potentiels sur l’étanchéité et la solidité des ouvrages est d’autant plus importante dans le cas de panneaux photovoltaïques installés sur le toit d’un bâtiment existant, dont le complexe d’étanchéité n’avait pas été conçu pour cela. Si l’on prend l’exemple concret et assez fréquent des toits de supermarché : les panneaux photovoltaïques y sont souvent installés, ce qui change notamment complètement le comportement de la tôle, qui se déforme, ce qui cause de la rétention d’eau qui accentue la déformation et ainsi de suite, jusqu’à un potentiel risque d’effondrement.

Toitures vertes, des techniques à fort retour d’expérience

Toiture terrasses végétalisées, toitures jardin, agriculture urbaine… Depuis plus de vingt ans les différentes formes de toitures vertes se multiplient en France. Elles offrent des avantages certains : amélioration du confort thermique du bâtiment, contribution à la biodiversité ou encore espaces nature pour les habitants… Ces différentes pratiques étant bien antérieures à ce récent effet de mode, nous disposons aujourd’hui de nombreux retours d’expériences qui ont permis de formaliser des règles de l’art précises (DTU, Règles professionnelles) permettant de maîtriser le risque d’infiltration et les enjeux de charges supplémentaires. Nous avions d’ailleurs déjà réalisé il y a quelques années une information sur les différents types de toitures vertes, leurs caractéristiques et enjeux propres.

Un point à surveiller sur ces projets est la tendance récente (et souhaitable) à améliorer les conditions d’irrigation des toitures vertes avec en cible à terme une autosuffisance. Cette logique de gestion de l’eau induit néanmoins la récupération des eaux pluviales, leur rétention et leur stockage… Autant de choses qui sont une fois encore tout à fait réalisables, à conditions de se poser les bonnes questions lors de la conception.

Afin de vous accompagner dans cette étape clé de la conception de votre toiture solarisée ou végétalisée, SOCOTEC dispose d’une palette de compétences couvrant l’intégralité des aspects techniques à prendre en compte. Nos spécialistes en immobilier durable vous accompagneront dans la définition du dispositif le plus adapté à votre projet. Nos experts en solidité et étanchéité s’assureront quant à eux que l’installation ne remet pas en cause les fondamentaux de la construction.

Besoin d’un conseil ?

Laissez-nous vos coordonnées afin qu’on puisse vous rappeler.

Je veux être contacté par un expert
Pour rester informé, abonnez-vous à la newsletter SOCOTEC
   
   
   
   
   
   
   
   

Ajouter un commentaire